En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Eddy Chemarin et Romain Garnier
le 10-12-2019
par Philippe Perroud
Coup de jeune sur l’élite M1
La montée de La Tour-de-Salvagny en M1 a apporté un coup de jeune à l’élite, puisque la formation Dulac compte dans ses rangs une paire de tireurs de 19 et 17 ans, avec Romain Garnier et Eddy Chemarin. Ils ont effectué leurs premiers pas à Balaruc pour la première étape de la Ligue Sport-Boules M1.

Photo Php

Le duo a débarqué à Balaruc sans se montrer trop impressionné, mais tout de même en se disant avoir la chance d’entrer dans le grand sérail de la quadrette française. « On est très heureux d’être là, mais on est conscient que l’on va devoir prouver qu’on le mérite » disent-ils en substance.
L’un et l’autre peuvent avoir le même regard, mais ils ne se ressemblent pas pour autant. Le placide est le plus jeune, Eddy. Romain, lui est plus fougueux. Cela veut dire que Sébastien Dulac et l’ensemble de la formation de la Tour de Salvagny aura deux manières de faire pour favoriser leur éclosion au plus haut niveau.
Mais déjà, l’équipe a franchi la première étape, car en montant dans le top 16 français, la question pouvait se poser de maintenir deux aussi jeunes éléments pour faire la saison. « On se l’est posée et ils ont répondu pour nous assez vite » explique Sébastien Dulac. « C’était dur de ne pas garder deux jeunes qui veulent progresser. La réponse est venue à la fois de leur talent et de leur potentiel, mais aussi de notre histoire ».
L’histoire de cette équipe, c’est la construction d’un groupe qui a soudain fait face au dramatique décès de Franck Chemarin, le papa d’Eddy. « On a choisi de continuer l’histoire avec Eddy ». Et logiquement, dans une formation qui n’était pas au départ partie pour relier deux générations, Romain Garnier, champion du monde des U23, permet de ne pas isoler Eddy et ses 17 ans.

Chacun son apprentissage 
Pour son entrée dans le grand bain de la Ligue M1, Dulac a signé en fin de compte deux victoires en trois parties de groupe : il y a pire baptême du feu. Les deux jeunes ont donc apporté leur part à cette entrée en matière. Mais aussi montré que la part de l’apprentissage est aussi là.
« Ils ne le vivront pas de la même manière. Il y a Eddy qui a beaucoup de gniaque, il y a plus de nonchalance chez Romain. Ils ont le même besoin d’apprendre et de prendre des coups ». Garnier est par exemple passé par quelques fautes de pied qyue l'arbitrage n'a pas laissé passer. « C’est bien, ça le pousse à réfléchir » dit Sébastien Dulac. 
Mais en cette période de Noël qui s’approche, il ne veut pas jouer les pères Fouettard : « Ils ont le temps de réfléchir. Ils doivent aussi profiter de ce qui leur arrive ! »

Photo Php


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales