En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

20 ans de fidélité au Sport Boules Féminin à Bourg-Saint-Andéol
le 08-04-2015
par Fabien Amar
Pierre Courbier est président depuis 1990 de la Boule Bourguesanne. Arrivé pour assurer l'intérim, il est encore à la tête du club ardéchois vingt-cinq après. La société organise depuis vingt ans une compétition dédiée au Sport Boules Féminin, qui est devenue un rendez-vous incontournable du calendrier bouliste.


Pierre Courbier

Le cadre d'honneur, implanté dans un cadre plaisant, le long du Rhône, a accueilli une nouvelle fois l'ensemble des divisions féminines, à l'occasion du week-end de Pâques.

Peux-tu nous présenter la Boule Bourguesanne ?
La société compte aujourd'hui 50 licenciés, dont 6 pratiquantes féminines. Nous sommes montés jusqu'à 176 licenciés, à l'époque, nous étions une grosse association de Bourg et de l'Ardèche. Nous avons toujours cherché à monter des compétitions d'envergure nationale.
De 1990 à 1992, nous avions organisé le "tournoi des As", qui réunissait des joueurs de premier plan. La dernière édition en 1992 avait même accueilli quatre italiens, dont Piero Amério et Flavio Avetta. On en retrouvait trois au stade des demi-finales, contre Marcel Brun, seul représentant français.


Les finalistes du concours F2

Quel bilan tires-tu de cette vingtième édition ?
Un bon bilan, avec la participation de joueuses de haut niveau. Surtout, la présence de joueuses des quatre catégories féminines évoluant dans quatre concours différents, c'est la spécificité de Bourg-Saint-Andéol que nous nous attachons à maintenir. Nous avons eu un invité avec le Mistral, très fort, qui a sûrement gêné les participantes. La victoire du club en F4 avec la formation Jean est une satisfaction. Je tiens à remercier les joueuses qui restent fidèles au rendez-vous de Pâques.
Catherine Galien, vainqueur du Super 16 Féminin, me disait "quelque soit la formule, je continuerai à venir jouer à Bourg-Saint-Andéol". Je salue également chaleureusement les partenaires de l'organisation, institutionnels et privés, ainsi que les 25 bénévoles, qui se sont mobilisés pour la réussite de cette édition 2015.


Catherine Galien et Monique Grenier, vainqueurs du Super 16

Comment s'est créé ce rendez-vous et comment a t'il évolué au fil du temps ?
Au départ, nous nous sommes aperçus qu'il y avait de plus en plus de filles à jouer avec les hommes, notamment en quadrette. Nous nous sommes dit : pourquoi ne pas organiser un concours féminin ? Nous avons commencé par un huit doubles, qui n'entre pas dans le cadre des vingt ans.

Pour nous, le départ c'est 1995, nous créons le seize doubles qui réunit quatorze équipes, principalement des équipes régionales. Par la suite, le concours accueille des équipes plus lointaines et des joueuses comme Catherine Galien, Monique Grenier, Aline Phillibert viennent jouer à Bourg. Nous restons quelques années à seize équipes et en parallèle, nous organisons un concours national masculin.
Une année, nous avions un national masculin, un 3/4 division, un concours cadet et une compétition féminine, cela avait été un superbe week-end. Puis nous montons à trente deux équipes en féminine et comme nous refusions du monde, nous sommes arrivés jusqu'à soixante quatre équipes. Une formation italienne était même venue avec la paire Gerbaudo / Passi. Elles nous avaient offert un magnifique quart de finale contre le double Grenier / Philibert, dont tout le monde se souvient encore. C'était en 2005 je crois.

Par la suite, nous avons suivi l'évolution de la réglementation fédérale avec la mise en place des concours qualificatifs, pour arriver jusqu'à la formule actuelle, avec un concours par catégorie féminine.

As-tu une anecdote à nous raconter autour des vingt années passées ?
En 2010, nous avons eu une forte pluie la veille du début des concours. Nous avons du retarder les mises en jeu d'une heure car les terrains étaient complètement inondés, avec un ou deux centimètres d'eau !
Il a fallu percer des trous dans les terrains avec un marteau et un burin. Comme cela ne suffisait pas à provoquer l'écoulement de l'eau, nous avons carrément écopé avec des seaux et des pelles de ménage, comme si nous étions sur un bateau !
Une autre année, je crois que c'était deux ans avant cela, nous avons même eu la neige ! Sans conséquence, il s'agissait de quelques flocons qui volaient.


Les finalistes du concours F3

Le prochain anniversaire sera pour 2017 ?
Effectivement, nous fêterons cette année le centenaire de la Boule Bourguesanne. En cent ans, il n'y aura eu que dix présidents ! Le boulodrome Emile Serméas porte le nom du président qui aura fait trente trois années à la tête de la société, de 1938 à 1971.

Nous réfléchissons forcément à des festivités. Soit refaire un "tournoi des As" : une compétition en simple disputée comme en tennis en deux manches gagnantes de six points. Ou alors "remonter le temps" en retraçant les cent années du club et en scénarisant la vie de la société de 1917 à ce jour, en faisant rejouer avec les boules à clous, avec les tenues d'époque,...

Ou encore une exposition avec les grands moments de ces cent années. Rien n'est encore défini, ce sont des idées qui germent mais certainement, nous ferons la fête à l'occasion du concours féminin. Cela permettra de retracer aussi les vingt-deux années de cette compétition.


Les finalistes du concours F4

En savoir plus :

Revivre la finale de la cinquième du Super 16 Féminin sur Sport Boules Diffusion.

Christophe Campiglia



Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales